🎉BACK TO SCHOOL🎉 LIVRAISON OFFERTE ET -40% AVEC LE CODE SCHOOL

Les règles très douloureuses : comprendre et agir !

La période des menstruations est rarement une période agréable pour les femmes. Les hormones agissent et provoquent des changements dans le corps qui peuvent parfois êtres plus gênantes qu'à l'accoutumé. Lorsqu'une femme est sujette à des règles - très - douloureuses, on parle de dysménorrhée.

Cela se distingue dans deux phases bien différenciées :

  • Les dysménorrhées primaires qui apparaît à l'adolescence lors des premières règles. Ce sont généralement des douleurs minimes qui n'ont pas d'incidence grave sur le quotidien des jeunes filles concernées.
  • Les dysménorrhées secondaires, qui touchent les femmes ayant déjà eu plusieurs cycles normaux.

En ce qui concerne les règles douloureuses primaires, elles concernent une majorité de femmes et ne sont pas d'un ressort gynécologique. Ces "crampes" sont subies et peuvent être douloureuses mais n'atteignent pas des pics de douleur capable de forcer une femme à ne pas aller au travail ou à l'école. 

Au contraire, la dysménorrhée secondaire est elle forcément liée à un problème gynécologique chez la femme. Les raisons en sont multiples et en faire une longue liste serait trop compliqué, mais on retrouve naturellement dans les causes l'endométriose (qui se caractérise par des douleurs pelviennes, des règles abondantes et même une possibilité d'infertilité sur le long terme), mais aussi l'adémonyose utérine (tumeur non cancéreuse qui a les mêmes effets que l'endométriose). Il existe encore beaucoup de zones d'ombre concernant la relation de cause à effet entre l'endométriose et les douleurs, car il existe des cas de femmes atteintes d'endométriose qui n'ont jamais ressenti spécialement de douleurs. 

Mais comment déceler un cas similaire ?

Lorsque vous faites des tests avec votre médecin, il procédera à une vérification physique avec la possibilité d'effectuer un examen pelvien (examen interne). En cas de doute, il est possible qu'une laparoscopie soit effectuée afin de vérifier si tout se passe bien au niveau de votre utérus.

Quels sont les symptômes ?

Le plus souvent, il s'agit majoritairement de douleurs pelviennes. Ces douleurs sont situées dans le bas ventre et sont souvent décrites comme des spasmes, l'impression de "coup de poing", ou encore des crampes. Ces multiples douleurs peuvent avoir une incidence sur le corps et s'étendre sur l'abdomen, le périnée, les lombaires et le rectum. 

Malheureusement, ce ne sont pas les seuls symptômes présents lors d'un cas dysménorrhée. La personne peut aussi souffrir de nausées, de vomissements, de troubles du tube digestif mais aussi d'anémies ferriprives, qui se traduisent pas des carences en fer dans l'organisme.

Que faire pour soulager la douleur et ralentir le processus ?

Il y a plusieurs points à respecter pour éviter d’aggraver les douleurs et surtout pour se protéger, en voici une liste non exhaustive :

  • La prise d'anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l'ibuprofène, l'Antadys ou le Nurofen.
  • Se détendre de manière naturelle avec un bain chaud, une bouillotte, une petite balade en plein air ou une activité sportive légère comme des étirements, de la marche.
  • Surveiller son alimentation ! Il est important de respecter votre corps et de ne pas le nourrir pour aggraver des douleurs déjà importantes. Évitez donc les aliments trop gras ou trop salés, l'alcool, le tabac, les produits laitiers (qui vont indéniablement augmenter la production de prostaglandines dans votre corps) ainsi que les excitants (boissons énergisantes, thé, café)

On rappelle aussi que la dysménorrhée peut survenir avant la période des règles, pendant mais aussi après. Si vous constatez des douleurs plus fortes que d'habitudes et de manière chronique, n'hésitez pas à consulter votre médecin.

Pour celles qui souhaitent partager leur expérience et leurs conseils, n'hésitez pas à répondre dans l'espace commentaire !

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés